1. Le Blason
  2. LES MAIRES
  3. L'ORIGINE DU MOT "MAUDETOUR"
  4. L'HISTOIRE DE L'ECOLE
  5. LES CLERCS

blason de maudetour recadre

Mal destor espirit bel"

"Sur fond d’azur aux fleurs de Lys d’or du Vexin français avec un lambel d’hermine noir sur fond d’argent, une figure d’argent en dents de scie, un "vivré", ligne brisée représentant le dessin tortueux des chemins gagnant et traversant le village à l’écart de la grande route de Magny-en-Vexin à Mantes.

La devise s’inspire de l’ancienne dénomination du village : "Mal destor espirit bel" "mauvais tournant bon esprit". Ce blason rappelle l’appartenance ancienne du village au Vexin français, autrefois partie du domaine royal d’Ile de France, et symbolise sa situation. C’est sur proposition de M. l’Abbé Michel Bernay que ce blason a été réalisé en 1975, sous l’administration de M. Willy-Paul Romain, Maire.

erat. Ut et mauris vel pede varius sollicitudin. Sed ut dolor nec orci tincidunt interdum. Phasellus ipsum. Nunc tristique tempus lectus.

Les Maires et adjoints depuis 1789

Depuis la révolution française, de nombreux maires se sont succédés.


Maires Adjoints

   
1789 : David Maillard David Censier
1807 : Charles, Louis Comte de Rancher François Trognon
1813 : Charles, Louis Comte de Rancher Pierre Truffaut
1816 : Charles, Louis Comte de Rancher Antoine Maillard
1821 : Charles, Louis Comte de Rancher Louis Noël
1829 : Charles, Louis Comte de Rancher Michel-Ange Bouillette
1830 : Pierre Truffaut  
1831 : Michel-Ange Bouillette David Maillard
1838 : Michel-Ange Bouillette Jacques Meunier
1848 : Jean-François Buinard Pierre, Jean Harrang
1850 : Pier, Jean Harrang  
1852 : Michel-Ange Bouillette  
1855 : Michel-Ange Bouillette Jacques Meunier
1858 : François-Honoré Truffaut  
1861 : François-Honoré Truffaut Charles Legendre
1863 : Charles Legendre  
1864 : Charles Legendre Henri, Théodore Truffaut
1871 : Charles Legendre François Cauchard
1877 : Charles Legendre Denis, Michel Delorme
1878 : Denis, Michel Delorme Denis, Michel Delorme
1884 : Denis, Michel Delorme René, Clément, Comte de Rancher
1888 : René, Clément, Comte de Rancher  
1889 : René, Clément, Comte de Rancher François Boulanger
1903 : René, Clément, Comte de Rancher  
1909 : Ernest Hebert   François Boulay
1912 : Ernest Hebert Désiré Maillard
1932 : Marcel Hebert  
1944 : René Michel Roland Lavocat, Georges Leroy
George Leroy  
1945 : René Michel Justine Truffaut, née Maillard
1953 : René Michel Paul Truffaut
1971 : Willy Paul Romain Paul Truffaut, René Michel
   
1985 : Claude Delavaud  
Francis Gagnaison  
1989 : Francis Gagnaison André Schembri
Claude Delavaud  
Jacques Monin  
1995 : Francis Gagnaison Bernard Lavocat
Alain Ferrari  
Jean-Pierre Valeux  
2001 : Francis Gagnaison Didier Vermeire
Jacques Millouet  
Dominique Floret  
2002 : Didier Vermeire

.Jacques Millouet 

Arlette Hipeau, Nathalie Lepage

A l'époque gallo-romaine, notre village s'appelait "Malum diversorium", première dénomination connue, mais ses origines sont très anciennes ... En 1830, M. Thauvin, fermier de Mézières, a mis à jour en labourant ses terres 15 sarcophages mérovingiens en pierre.

En 1971, M. Teuscher, ouvrier agricole, a trouvé en plaine une hache en pierre, probablement façonnée 3000 ans av-JC .

Après "Malum diversorium", on relève les dénominations "Maldestor", "Maudestor", "Mondétour", "Maudétour-en-Vexin-Le-François", "Maudétour", puis "Maudétour-en-Vexin" pour éviter les erreurs d’acheminement du courrier.

En effet, avant la création des départements de la couronne autour de Paris, trois localités de la Seine et Oise portaient la dénomination de "Mondétour" et "Maudétour" :
"Mondétour", hameau d’Orsay.
"Mondétour", hameau de Sermaise par Saint-Chéron .
"Maudétour", que, dans le langage courant, on prononçait très souvent "Mondétour".

Le conseil municipal, réuni le 29 février 1948 sous la présidence de René Michel, Maire, a émis le voeu que le nom de la commune de Maudétour soit complété par l’adjonction des mots "en Vexin", dénomination qui était portée jadis par la commune ainsi qu’il ressort de l’arrêt de la Cour du parlement en date du 1er mars 1760 portant règlement pour l’administration de la fabrique de la paroisse de Maudétour-en-Vexin-Le-François, et de l’arrêté préfectoral paru au bulletin officiel des Maires du département de Seine et Oise n°7 du 14 février 1948 portant classement et inscription parmi les monuments historiques et sites des parc, pour d’honneur et château de Maudétour-en-Vexin.

consequat nunc. Aenean vel metus. Ut posuere viverra nulla. Aliquam erat volutpat. Pellentesque convallis. Maecenas feugiat, tellus pellentesque pretium posuere, felis lorem euismod felis, eu ornare leo nisi vel felis. Mauris consectetur tortor et purus.

 

C’est la raison pour laquelle la famille de Rancher a cédé cette maison à la commune en 1876 pour 2000 Frs.
Les travaux d’aménagement ont été terminés en 1879.

Avant 1879, l’école était installée dans la maison léguée en 1624 par le curé Lestourmy au lie-dit "Le Four à Ban".
Cette 1ère école, qui se trouvait en très mauvais état (toiture enlevée par le violent orage du 26 juin 1879) a fait l’objet de la décision d’aliénation du 23 mai 1886 et a été vendue le 23 janvier 1887 à Madame veuve Boulanger. Seul, le portail subsiste aujourd’hui au 2, chemin de l’ancienne école.
18 recteurs ou maître d’école ont enseigné dans l’ancienne école a partir de 1709, année d’entrée en fonction de Vincent Surgis, le premier dont nous connaissons le nom, et 19 dans la nouvelle.

A noter qu’au XVIIe siècle, la nomination du clerc appartenait exclusivement au curé assisté par la suite des douze principaux paroissiens au sens de contribuables et ce en application de l’Arrêt de la Cour du 31 mars 1760.
La rémunération était de 125 livres assurée par prélèvement sur les revenus des legs des curés Bernard et Lestourmy.
Voici d’ailleurs copie d’une modèle de reçu :
"J’ai soussigné Germain Legendre, maître d’école de Maudétour, reconnais avoir reçu du sieur Jean Baptsiste Trognon, trésorier du revenu des "filles de Maudétour", la somme de trente et une livres cinq sols pour trois moi de mon service, dont septembre, octobre, novembre 1765.

L’école a toujours été constituée d’une seule classe mixte, tous niveaux jusqu’au certificat d’études primaires. Pendant plus de deux siècles, les Maldestoriens ont confié le poste de maître d’école à des hommes, Mme Hofmann ayant été la première maîtresse d’école en 1919, succédant à vingt deux hommes.

Les filles bénéficiaient d’un enseignement complémentaire assuré par la "maîtresse des travaux à l’aiguille".

En 1982, l’effectif était ramené à sept élève, quatre en première, trois en classe enfantine, le nombre minimum étant fixé à neuf par l’inspection d’Académie pour le maintien de l’école.
L’école n’a été maintenue ouverte qu’en fonction de l’ensemble pavillonnaire du "Clos Breton", mais il n’en a rien été, les parents ayant pris le soin d’inscrire leurs enfants dans les écoles des communes voisines, surtout à Genainville.

Vincent Baldovini, instituteur pendant vingt ans, en parfaite concordance de vues avec le conseil municipal, enseignant très apprécié avait milité pour une répartition des classes par niveaux dans le villages des alentours, Maudétour en Vexin devant accueillir une maternelle.

Malheureusement, ce projet n’a pas about, et la dernière année scolaire a été l’année 1983-1984.

La caisse des écoles créée le 13 mai 1883 n’avait donc plus de raison d’être.

On se souviendra de son but défini par l’article 1 de ses statuts :
"Elle a pour but de faciliter la fréquentation des classes par des récompenses sous forme de livres utiles et de livrets de caisse d’épargne aux élèves les plus appliqués et par des secours aux élèves indigents ou peu aidés, soit en leur donnant des livres et fournitures, de classe qu’ils ne pourraient se procurer, soit en leur distribuant des vêtements et des chaussures et pendant l’hiver des vêtements chauds".

La salle de classe est alors devenue la salle de réunion du conseil municipal, d’assemblée générale du Foyer rural, salle des mariages ou encore bu

 
  •    
    Vincent Surgies 1709
    Louis Lallement 1720
    Germain Legendre 1762
    François Trognon 1781
    Jacques Subtil 1798
    Noël Leroux 1805
    Jean-Baptiste Petit 1821
    André Veoche 1822
    Pierre Parmentier 1831
    Jean-Georges Subtil 1832
    J.J. Désiré Langlois 1844
    Louis Pinault 1852
    Adolphe Sarazin 1856
    Alexandre Pouilly 1857
    Augustin Ravoux 1864
    Michel-Ange Thery 1866
    Léopold Grange 1869
    Louis-Théodore Bocquet 1870
    Gustave Pierra 1893
    (auteur de la monographie en 1899) 1899
    Alphonse, Henri Derome 1906
    Albert, Emile Coville 1908
    Alexandre Bodereau 1913
    Mme Ester Hoffmann 1919
    Mme Retmacker 1924
    Melle Brandenburger 1933
    Camille Hertzog  
    Melle Madeleine Gillardin en rempplacement de Camille Hertzog, mobilisé. 1939
    Camille Hertzog 1940
    Melle Leblanc 1950
    Mme Dessaux 1953
    Vincent Baldovini 1957
    Mme Sylviane Pomies 1977
    Alain Vernhes 1978
    Patrick Schneider 1978
    Mme Francine Valeyre 1980
    Jean-Pierre Clement ..........1980 en remplacement de mme francine valeyre, en C MAL 17/09/1980-26/02/1981
    Jean-Yves Solanet 7/09/1981-31/08/1983
    Melle Danielle Dejean 1983

à compter du 17 octobre.
Soit 37 enseignants.

Louis Théodore Bocquet a exercé sa carrière à Maudétour durant 23 années, arrivant en deuxième position derrière Louis Lallement.

La plupart du temps, les instituteurs(trice) étaient aussi secrétaires de Mairie. Certains ont marqué leur époque, Camille Hertzog, Vicent Baldovini.

Après la fermeture de l’école, il faut nommer Juliette Schembri puis Delphine Gerard, la pionnière de l’informatique.

.

 

"